Inscrivez-vous à la newsletter
  • fr
    • en
    • nl

Alger au départ de Lille

Partager cette page sur facebook Twitter cette page mail
PhotoAlger 1PhotoAlger 2PhotoAlger 3PhotoAlger 4
PhotoAlger 1
PhotoAlger 2
PhotoAlger 3
PhotoAlger 4

Profitez des vols directs Lille-Alger avec les compagnies Aigle Azur et Air Algérie et réservez vos billets vers Alger en consultant le programme ci-dessous.

  • Langue : Arabe (langue officielle), Français et dialectes berbères (tamazight)
  • Décalage horaire : GMT/UTC +1h
  • Electricité : 220 V, 50 Hz.
  • Temps de vol vers Alger depuis Lille 2h20
  • Monnaie : Le Dinar Algérien (DZD)
  • Indicatif téléphonique : + 213
  • Santé :

    Le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire pour les voyageurs provenant d'une zone où cette maladie sévit. Les vaccinations habituelles sont recommandées (tétanos, poliomyélite, diphtérie, typhoïde, hépatite). Munissez-vous de protections efficaces contre le soleil.

  • Pièce d'identité / Visa :

    Passeport + Visa obligatoire pour tous les ressortissants. Renseignez-vous auprès de l'ambassade d'Algérie de votre pays sur les formalités. Les tours-opérateurs les prennent fréquemment à leur charge. Pour demander le visa de court séjour il est nécessaire de justifier d'une assurance-voyage couvrant les frais de rapatriment pour raisons médicales et de soins médicaux et hospitaliers d'urgence.

A ne pas manquer

  • Alger, Tlemcen, Ghardaïa, El-Oued, Batna...

Depuis une décennie, l'actualité a tenu les visiteurs à l'écart de ces villes jadis touristiques. Alger est célèbre pour sa médina ; Tlemcen pour ses mosquées. Les tapis ont fait la réputation de Ghardaïa et l'architecture d'El-Oued lui a valu d'être surnommée "la ville des milliers de dômes". Batna, au cœur des Aurès, est bâtie à proximité des ruines romaines de Timgad. Djemila, près de Sétif, donne accès au site antique de Cuicul. Béni-Abbès et El-Goléa sont des oasis situées en bordure du grand Erg occidental, de part et d'autre de Timimoun. Il est recommandé de recourir à une agence de voyages agréée. Tenez-vous informé de l'évolution de la situation algérienne.

 

  • Le Sahara aux environs de Tamanrasset : Hoggar et Tassili du Hoggar

La région de Tamanrasset ("Tam" pour les initiés) révèle toute la diversité des paysages sahariens du sud de l'Algérie. L'incontournable plateau de l'Atakor constitue le cœur du Hoggar. Célèbre pour ses paysages de roche et de rocaille, le Hoggar est hérissé de plusieurs sommets dépassant 2 500 m. L'ermitage où séjourna le père Charles de Foucauld, toujours habité, est niché sur l'un d'eux : l'Assekrem (2 728 m). Coulées basaltiques et pics aux tons ocre dressés vers le ciel ponctuent le paysage de cette région aux paysages lunaires, dont le sable est cependant le grand absent. Les mythiques dunes sahariennes s'étendent dans le Tassili du Hoggar, plus au sud, où les vagues de sable s'élancent à l'assaut des tassili, plateaux gréseux aux formes surprenantes.

Avec ses habitations cubiques et ses rues en sable, la paisible Tamanrasset est le point de rencontre de nombreux immigrés du nord de l'Algérie, du Mali et du Niger et des populations touarègues. La ville est l'occasion de faire connaissance avec les "hommes bleus", dont beaucoup sont aujourd'hui sédentarisés. Les villages des environs de la ville méritent le détour, tout comme les dunes qui s'étendent au nord de Tamanrasset, en direction d'In Salah.

 

  • Le Sahara aux environs de Djanet : le Tassili N'Ajjer et la Tadrart

Entre oueds et canyons, cordons de dunes et acacias à l'ombre rare, la belle palmeraie de Djanet est la localité la plus proche du plateau de Tassili N'Ajjer. Cet exceptionnel sanctuaire archéologique surgissant des sables doit sa célébrité à ses représentations rupestres. Découvertes en 1934, les peintures du Tassili n'Ajjer représentent des animaux et des hommes et sont, pour certaines, vieilles de 4 000 ans. Le voyage vaut autant pour ces émouvants témoignages d'un temps ou le Sahara était plus verdoyant que maintenant que pour les exceptionnels paysages de gorges, de canyons et de dunes du Tassili n'Ajjer.

Au sud du plateau, la région de la Tadrart voit sa popularité croître depuis que les organisateurs de circuits ont découvert ses dunes aux tons rouges et orangés. L'oasis d'Essendilène, au nord de Djanet, figure également parmi les étapes à ne pas rater de cette région sud-est du Sahara algérien.

 

  • Timimoun et le Grand Erg occidental

L'oasis de Timimoun est le principal point de départ des circuits vers l'immense étendue de dunes du Grand Erg occidental. Bâtie à la convergence de deux oueds, la ville étonne par sa vaste palmeraie et l'omniprésente couleur ocre rouge de ses habitations de style soudanais, construites en toub, une argile rouge. Elle s'ouvre sur le large panorama d'anciens lacs de sel, qui précèdent la mer de sable de l'erg. Celui-ci s'étend sur plusieurs centaines de kilomètres et est ponctué de nombreuses oasis dissimulées au creux des sables.

Nombreux sont ceux qui considèrent Timimoun, parfois appelée "la reine du désert" comme la plus belle oasis du sud algérien.

 

Géographie 

L'Algérie est le deuxième pays d'Afrique (après le Soudan) en termes de superficie. Outre une large fenêtre maritime – 1 000 km de littoral méditerranéen au nord –, le pays partage des frontières avec la Tunisie, la Libye, le Niger, le Mali, la Mauritanie et le Maroc. Près de 85% de l'immense territoire algérien est constitué par le Sahara, qui présente des paysages désertiques allant des grandes dunes de sable (ergs) aux étendues rocheuses (regs). L'Atlas tellien, parallèle à la côte, précède l'Atlas saharien, une centaine de kilomètres plus au sud. Entre les deux s'étendent les Hauts Plateaux. Au sud des montagnes de l'Atlas, le désert de dunes du Grand Erg occidental s'étend sur plusieurs centaines de kilomètres jusqu'au montagnes du Hoggar, qui culminent à plus de 3 000 m. Plus de 90% de la population algérienne est concentrée dans une bande côtière de 200 km.

 

Climat 

Le nord algérien connaît des étés chauds et relativement humides et des hivers doux. L'été est accablant dans la vaste région saharienne. Les températures y descendent rarement en dessous de 25°C en hiver et atteignent jusqu'à 50°C en été. Les nuits peuvent en revanche y être particulièrement froides, notamment dans le Hoggar. Les précipitations varient entre 1 000 mm par an dans les régions montagneuses du nord du pays et zéro dans le Sahara. Certaines régions sahariennes peuvent voir passer plusieurs années, voire dizaines d'années, sans précipitation.

 

Flore- Faune 

La variété des climats – d'humide à saharien – autorise le développement d'une faune et d'une flore diversifiées mais limitées en nombre. Les plaines côtières sont avant tout attribuées aux cultures et au maquis méditerranéen (pins maritimes, chênes-lièges) tandis que des pins d'Alep et de chênes verts poussent dans les régions montagneuses. Le Sahara se caractérise par la quasi absence d'espèces végétales, hormis les palmiers des oasis. L'opposition nord-sud se vérifie aussi dans le domaine de la faune. On trouve le long de la côte des espèces répandues en Europe (lièvres, sangliers), tandis que des mouflons sont présents sur les reliefs. La région saharienne abrite, pour sa part, des spécimens de gazelle de Dorcas et d'Addax, une antilope à la robe presque blanche, ainsi que des fennecs et d'autres mammifères des régions arides. Quelques guépards vivent dans le massif du Hoggar. Les animaux domestiques les plus présents au nord sont les chèvres et les ânes. Au sud, le Sahara est le domaine du dromadaire.

 

Coutumes 

La première nuit de l'an nouveau (ennayr), chaque famille kabyle participe à Talkimt n djiwnegh (littéralement la boulette du "je n'ai plus faim"). On y mange "les sept légumes" avec le couscous (dont l'artichaut, l'asperge sauvage, le cresson, le chèvrefeuille, le poireau). Après le repas, une des femmes présente une boulette de couscous à chaque convive qui doit la refuser, après quoi elle la dispose sur le montant de la porte de la maison : en fonction de la manière dont le vent aura dispersé la boulette pendant la nuit, et de ce qu'il y aura déposé (plume, poil, brin de laine, etc.), on déterminera l'augure de l'année qui commence. La nuit suivante, chacun doit manger une volaille entière et des œufs, en prenant soin de ne pas jeter les coquilles avant le lendemain, afin de ne pas manquer d'argent. Enfin, la maîtresse de maison change les pierres du foyer et se débarrasse des anciennes.

 

Langue 

L'arabe parlé en Algérie présente de nombreuses différences régionales. Il est par exemple plus doux du côté tunisien et plus guttural à l'approche de la frontière marocaine. Des langues d'origine berbère comme le touareg (tamachek) et le kabyle (tamazight) sont également parlées dans le pays. Le tamazight a été officiellement reconnu comme deuxième langue nationale en Algérie en mars 2002.

Beaucoup d’Algériens, surtout dans les villes, parlent le français, qui est toujours enseigné comme première langue étrangère. Si le français vous permettra la plupart du temps de vous faire comprendre, n’hésitez pas cependant à vous exprimer dès que possible en algérien: toute tentative de votre part pour vous exprimer dans cette langue vous vaudra un accueil chaleureux et des encouragements.

La prononciation de l'arabe est difficile. Elle se caractérise notamment pas l'utilisation de la diphtongue ou (comme dans "chou") et de phonèmes particulièrement difficiles à prononcer pour le débutant : le ’ayn et le coup de glotte. Sans équivalent en français, le son ’ayn ressemble au coup de glotte (non représenté dans l’alphabet), mais il s’obtient par une forte contraction des muscles du fond de la gorge.

 

La transcription de l'alphabet arabe en alphabet latin n'obéit pas à des règles strictes. Voici quelques mots et expressions utiles :

bonjour : salaem/salaem 'alekoum

au revoir :beslaema / tebqa a’la kher

merci :saha/sahet

oui :wah

non :la

excusez-moi :smaehli

comment-allez-vous ? :kirak ?

parlez-vous français ? :tetkelem français? taehdaer français ?

j'ai compris :fehemt

je n'ai pas compris : ma fehemtch

je m'appelle... : aesmi / semouni / smiyti

où est le/la... ? win...?

bus : l-car

gare routière : station tae’ l-car

gare ferroviaire : la gare

gauche :liser

droite :limen

la police :la police

mon hôtel :hôtel ta’i

 

Arts 

D'étonnants témoignages d'art rupestre ont été découverts dans la région saharienne du Tassili N'Ajjer, à l'extrémité sud-est du pays. Révélées pour la première fois en 1934, ces œuvres du néolithique représentant de nombreux animaux témoignent de la richesse passée de l'écosystème saharien. Elles sont classées sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'Unesco.

Plus près de nous, les traditions artistiques s'illustrent par un artisanat riche et varié. L'art du tissage, qui témoigne notamment de l'apport berbère dans la culture algérienne, se décline en de multiples variétés. Chaque région se caractérise par une production spécifique, reconnaissable à ses motifs et à ses couleurs. Autre pièce maîtresse de la production artistico-artisanale algérienne, la céramique a bénéficié d'apports romains et andalous. Comme la poterie – dont l'usage est avant tout domestique –, elle s'est également enrichie d'influences turques.

Si l'artisanat est avant tout réservé aux femmes, la musique est une affaire d'hommes. Tandis que les subtiles variations de luth de la musique arabo-andalouse ancrent le répertoire musical algérien dans la tradition, le raï moderne symbolise son renouveau. Apparu dans les années 1970 aux environs d'Oran, il mêle des instruments traditionnels aux synthétiseurs et guitares électriques. Ses grandes figures sont Safi Boutella, Cheb Mami et Cheb Khaled, désormais mondialement connus. La musique châabi est une version populaire de la musique classique arabo-andalouse. La renommée de la chanson kabyle, enfin, a dépassé les frontières du pays au cours des dernières décennies grâce à des artistes comme Ait Menguelet et Idir.

Le cinéma s'illustre notamment grâce aux œuvres souvent engagées de quelques réalisateurs kabyles, Azzedine Meddour (La Montagne de Baya, 1997) ou Abderrahmane Bouguermouh, auteur de La Colline oubliée (1997), premier film tourné en langue tamazight. On peut aussi citer Mohammed Chouikh (La Citadelle, 1989), Mohammed Lakhdar-Amina (Palme d'Or en 1975 pour Chronique des années de braise) ou Djamila Sahraoui (Baraka!, 2006) sans oublier Rachid Bouchareb (Indigènes, 2006).

Les principales figures de la littérature algérienne contemporaine sont Rachid Boudjedra (La Répudiation), Rachid Mimouni (Le Fleuve détourné), Mohammed Moulessehoul (À quoi Rêvent les loups, sous le pseudonyme du commissaire Llob, et L'automne des chimères, sous le nom de Yasmina Khadra) et, plus récemment, Salim Bachi (Le Chien d'Ulysse).

 

Activités 

Le Sahara, et en particulier le sud algérien, connaît depuis quelques années un nouvel engouement auprès des marcheurs.

Les treks du sud algérien ne sont pas réservés aux grands marcheurs. Ils requièrent cependant une bonne condition physique. L'hiver est la meilleure saison, quand la température ne dépasse pas 20 à 25°C dans la journée. Il peut, en revanche, faire particulièrement froid durant la nuit. Munissez-vous de protections contre le soleil et le froid (laine polaire, sac de couchage pour les bivouacs).

Des chaussures de marche adaptées sont également indispensables. Dans la rocaille, préférez des chaussures de randonnée légères, munies d'une bonne semelle. Les chaussures montantes en toile sont les plus adaptées à la randonnée dans le sable. Surtout, prenez des chaussures dans lesquelles vous êtes à l'aise et que vous avez déjà portées. Le sable, qui parvient tôt ou tard à entrer dans les chaussures, rend particulièrement douloureuse la moindre irritation, à plus forte raison sur des pieds gonflés par la chaleur due aux effets combinés de la marche et du soleil.

Mais la randonnée n'est pas l'unique moyen de découvrir le Sahara. Les prestataires spécialisés proposent en effet des circuits à dos de chameau (méharée) ou en véhicule 4x4, voire des formules combinant randonnée, méharée et 4x4.

Aucun visiteur ne se risque sans guide dans l'immensité saharienne, à plus forte raison en Algérie. Vous devrez au minimum vous assurer les services d'un accompagnateur touareg. La majorité des visiteurs ont recours à des agences spécialisées installées en France, qui assurent le transport et les prestations sur place. Avant votre départ en voyage renseignez vous sur les conditions de sécurité de votre destination grâce au site de l'Ambassade de France.

 

Cuisine 

La cuisine algérienne est proche de ses cousines tunisienne et marocaine mais présente quelques différences.

Une entrée chaude très classique est la choukchouka, composée de tomates, de poivrons et d'épices réduits ensemble puis liés à l'aide de quelques œufs battus, ajoutés en fin de cuisson. Les salades d'aubergines et de citrons confits, ou de poivrons et tomates, comptent aussi parmi les hors-d'œuvre les plus répandus.

La chorba est une soupe épaisse et veloutée à base de viande de mouton, de légumes, de pois chiches, d'épices et de vermicelle. Elle est traditionnellement servie lors de la rupture du jeune du ramadan, à la tombée du soleil. La hrira (ou harira) est un potage de légumes, d'épices et de coriandre.

On ne présente plus le couscous, plat de légumes, de viandes et de semoule roulée et tamisée à la main. Plat de fête à l'origine, il côtoie de nombreuses variétés de tajines et de ragoûts à la carte des restaurants.

Cornes de gazelles, makroute, amandines et autres pâtisseries à base d'amandes, de dattes et de miel finissent généralement les repas.

La boisson la plus répandue est le thé vert à la menthe. Depuis la colonisation française, les régions d'Alger et d'Oran produisent du vin. Les crus les plus réputés sont le Coteaux de Mascara (rouge et rosé) et le Coteaux de Tlemcem (rouge, rosé et blanc), produits dans la région d'Oran. Des sodas et des eaux minérales sont également disponibles dans le pays.

L'alimentation proposée dans le Sahara est, bien sûr, plus sommaire. Elle se compose de galettes de pain cuites dans le sable (la traditionnelle taguella), de dattes, de thé et des provisions que vous ou l'organisateur de votre circuit aurez emportées pour le bivouac (conserves, pâtes, riz, etc.). De la viande et du couscous sont généralement préparés à proximité des oasis.

S'y ajoutent de nombreuses fêtes musulmanes, dont les plus importantes sont l'Aïd-el-Fitr, qui clôt le mois de jeûne du ramadan, et l'Aïd el-Kebir, environ deux mois plus tard.

Nouvel An (1er janvier), Fête du Travail (1er mai), Anniversaire du Sursaut révolutionnaire (19 juin), Fête de l'Indépendance (5 juillet), Jour de la Révolution (1er novembre), fêtes islamiques (dates variables)

Office du Tourisme d’Algérie

www.ont.dz

 

Mairie d’Alger Centre

www.apc-algercentre.dz

 

Aéroport d’Alger

www.egsa-alger.dz

 

Ambassade à l'étranger

25 chemin A.-Gadouche, Hydra 16035 Alger

tél. +213 21 98 17 17

www.ambafrance-dz.org

 

Ambassade en France

50, rue de Lisbonne 75008 Paris

tél. +33 (0)1 53 93 20 20 

www.amb-algerie.fr

  

Consulat Lille

Adresse : 120 Rue de Solférino, 59800 Lille

Téléphone :03 28 38 01 40

www.consulatalgerielille.org

© 2013 Lonely Planet Publications. Tous droits réservés.

Programme des vols Lille Alger

Compagnie Période Lu Ma Me Je Ve Sa Di Réserver
Logo Aigle azurDu 26/03/2017 au 28/10/2017Vol régulierVol régulierVol régulierVol régulierRéserver
Logo Air algérieDu 18/09/2017 au 28/10/2017Vol régulierVol régulierVol régulierVol régulierRéserver
Logo Aigle azurDu 29/10/2017 au 23/03/2018Vol régulierVol régulierVol régulierRéserver
Logo Air algérieDu 29/10/2017 au 24/03/2018Vol régulierVol régulierVol régulierVol régulierRéserver

Vols vacances

Formules Voyage organisé

Vols réguliers

Billets d’avion et vols + hôtel


* Prix constaté sur internet, à partir de, sous réserve de disponibilités. Des frais supplémentaires peuvent s'appliquer, notamment selon votre mode de paiement. Ces offres sont celles constatées auprès des compagnies aériennes au départ de l’aéroport de Lille au cours des derniers jours

Afficher toutes les meilleures offres