Inscrivez-vous à la newsletter
  • fr
    • en
    • nl

Calvi au départ de Lille

Partager cette page sur facebook Twitter cette page mail
PhotoCalvi 1PhotoCalvi 2PhotoCalvi 3PhotoCalvi 4
PhotoCalvi 1
PhotoCalvi 2
PhotoCalvi 3
PhotoCalvi 4
Profitez des vols directs Lille-Calvi avec la compagnie Hop! Airfrance et réservez vos billets vers Calvi en consultant le programme ci-dessous.
  • Langue : Français
  • Décalage horaire : Pas de décalage avec la France GMT + 1 heure (+ 2 heures en été)
  • Temps de vol vers Calvi depuis Lille 1h50
  • Monnaie : Euro (EUR)
  • Pièce d'identité / Visa :

    Carte d’identité (ou passeport)

Complexe, insaisissable, déroutante, séduisante. La Corse cultive sa différence entre le vacarme des nuits bleues et le doux bêlement des brebis. À la fois havre de paix et enfant terrible de la république, cette "Île française qui se chauffe au soleil de l'Italie", selon la formule de Balzac, a incontestablement du caractère.

Chacun pourra trouver son coin de paradis au creux des multiples recoins de l'exceptionnel espace naturel de cette île résolument montagnarde qui réserve toujours une crique, un village ou quelques arpents de maquis à explorer. Quant à l'âme corse et aux Corses eux-mêmes, ils se livreront par bribes à qui sait prendre le temps de les entendre d'une oreille attentive. La Corse a en effet rarement été aussi encline à se raconter que ces dernières années.

 

A ne pas manquer

Estivale par sa plage, culturelle par sa citadelle et ses festivals, Calvi figure parmi les escales les plus appréciées et fréquentées de Corse. La prospère “capitale” de la Balagne s’étend le long de son golfe sous la double surveillance de sa citadelle et du Monte Cinto (2 706 m). Ville corse la plus proche du continent, cette ancienne place forte génoise fut, dès les années 1920, l’une des premières destinations touristiques de l’île. Sa réputation ne s’est depuis jamais démentie, grâce à son cadre, à sa vitalité culturelle et à son patrimoine. Revers attendu de la médaille : Calvi est aussi l’une des villes balnéaires les plus fréquentées durant l’été. La population de 5 600 habitants est alors quasi multipliée par dix.

 

  • Citadelle - Centre historique

Érigée à la fin du XVe siècle par les Génois, la citadelle de Calvi (accès libre) domine la ville de son promontoire rocheux. Elle forme un quartier à part, souvent assez désert, même si quelques cafés et restaurants dressent leurs tables à l’ombre des murs ocre de ses fortifications, plusieurs fois remaniées depuis les premiers plans génois. Après avoir traversé la place Christophe-Colomb, on y pénètre par un porche surmonté de l’inscription Civitas Calvi semper fidelis, qui rappelle qu’au XVIe siècle la ville proclamait haut et fort sa fidélité à Gênes. Une enfilade de ruelles mène ensuite à la place d’armes, sur la gauche de laquelle se tient l’ancien palais des gouverneurs génois(fermé au public). Rebaptisée caserne Sampiero, cette imposante bâtisse du XIIIe siècle abrite aujourd’hui le mess des officiers parachutistes de la Légion étrangère.

En flânant dans les ruelles de la citadelle, vous verrez le palais des évêques de Sagone, qui abrite le piano-bar Tao, et les cinq bastions érigés successivement depuis la fin du XVe siècle, qui offrent de beaux points de vue sur la baie et la ville. Au nord ouest de la citadelle, le bastion Celle est flanqué d’une échauguette, guérite de pierre suspendue au-dessus des remparts afin d’en surveiller les abords. Bien qu’elle soit bâtie à l’extérieur des remparts, ajoutons la tour du Sel, une jolie tour ronde située sur le quai

 

  • la cathédrale Saint- Jean-Baptiste (San Giovanni Battista)

Enchâssée dans la citadelle, et coiffée d’une imposante coupole, la cathédrale Saint- Jean-Baptiste (San Giovanni Battista) renferme un maître-autel en marbre polychrome du XVIIe siècle, à la droite duquel se tient le christ des Miracles. Cette statue en ébène fait l’objet d’une vénération particulière depuis le siège de la ville, en 1553, par des troupes françaises et turques et des combattants de Sampiero Corso. Selon la légende, les navires auraient repris le large après que la population de Calvi eut promené le christ en procession dans les ruelles de la cité. L’originalité de la Vierge du Rosaire, également dans la cathédrale, et d’ordre vestimentaire. Cette grande statue possède en effet trois tenues – une robe noire pour le Vendredi saint, une mauve pour le mercredi qui suit les Rameaux et un riche habit de brocart réservé aux processions –, et seules les femmes ont le droit de la vêtir.

 

  • la maison de Laurent Giubegga

Derrière la cathédrale, on rejoint la maison de Laurent Giubegga, le parrain de Napoléon. Sur la façade, une inscription rappelle le séjour de son filleul en 1793, lorsqu’il fut chassé d’Ajaccio par les paolistes et se réfugia à Calvi. Une ruelle mène à l’oratoire de la confrérie Saint-Antoine, une institution caritative active en Corse depuis le XIVe siècle. Derrière sa façade ornée d’un linteau en ardoise sculpté représentant Saint-Antoine, l’édifice renferme des fresques des XVe et XVIe siècles, dont une remarquable Crucifixion de 1513, et un christ en ivoire attribué au sculpteur florentin Jacopo d’Antonio Tatti, dit “le Sansevino”.

 

Géographie

La montagne est omniprésente sur l'île. Avec une altitude moyenne de 568 m, elle culmine au Monte Cinto, à 2 710 m. Ces cimes surplombent plus de 1 000 km de rivages. La côte ouest, exposée aux vents dominants, est la plus découpée. Elle est creusée de golfes profonds. Le rivage, plus monotone, est occupé par la longue et plate étendue littorale de la plaine d'Aléria, ou plaine orientale.

 

Climat

Grâce à son climat méditerranéen la Corse bénéficie d'une température moyenne annuelle de 12°C (qui varie en fonction de l'altitude). Les températures moyennes dépassent souvent les 25°C de juin à septembre et frisent les 30°C les mois les plus chauds. Les avant et arrière-saison sont belles – une quinzaine de degrés en moyenne – avec des maximales pouvant atteindre 20°C de mars à octobre. L'hiver est souvent rigoureux en montagne et la neige s'accroche toute l'année à quelques sommets de l'île.

Une écrasante majorité des visiteurs choisissent de se rendre en Corse au cœur de l'été. L'île se retrouve ainsi le plus souvent bondée entre mi-juillet et fin août. Cette période, cela dit, est une valeur sûre en termes météorologiques. Les baigneurs et plongeurs bénéficieront d'une température de l'eau maximale aux mois d'août et septembre. Cependant les randonneurs risquent d'avoir très chaud en été.

Aux dires des habitués, les mois de mai, juin et septembre sont les plus propices : la température est agréable, la fréquentation raisonnable, les tarifs abordables et l'accueil plus détendu.

Attention à la période de novembre à mars. Hôtels et restaurants sont souvent fermés et la Corse prend parfois des airs d'île morte.

Certains sentiers de randonnée sont praticables toute l'année. Le printemps et l'automne sont les saisons les meilleures pour les marcheurs.

 

Faune et Flore 

Comment ne pas évoquer en premier lieu le maquis ? Couvrant près de 200 000 ha, il mêle des dizaines d'essences, odorantes pour la plupart. La plus répandue est le ciste, qui sécrète une résine collante. La myrte est appréciée pour ses baies bleu-noir, dont on fait d'excellentes liqueurs. Les fleurs blanches des bruyères arborescentes exhalent un parfum proche du miel, tandis que les arbousiers sont reconnaissables à leurs fruits rouges et ronds. Les longues tiges des asphodèles forment pour leur part des groupes de petites fleurs blanches aux pétales étroits. Les chênes-verts se mêlent au maquis dès qu'il prend un peu d'altitude. Cet arbre, qui peut atteindre une quinzaine de mètres de haut, fournit les glands dont se nourrissent les célèbres porcs coureurs. Le chêne-liège se distingue par ses branches basses et tordues. Son épaisse écorce est retirée tous les 8 à 10 ans, notamment pour la fabrication des bouchons. Il vit à la même altitude que les oliviers, qui sont présents sur le littoral jusqu'à 600 m. Le châtaignier est sans conteste l'arbre qui a le plus profondément marqué la Corse. Développée sous les Génois, sa culture a rapidement pris des proportions considérables dans la région à laquelle il a donné son nom : la Castagniccia. La châtaigne fut même utilisée comme monnaie d'échange au XIXe siècle. Le pin laricio est la principale essence des forêts entre 700 et 1 500 m d'altitude. Géant des forêts corses, il peut atteindre une cinquantaine de mètres de haut. Le laricio est plus résistant que le pin maritime, également présent sur l'île.

 

La faune insulaire est plus réduite. Le mouflon était naguère le roi de la montagne corse. L'île compte maintenant entre 400 et 600 bêtes, principalement cantonnées dans les réserves de Bavella et d'Asco. Le cerf de Corse, disparu dans les années 1960, a été réintroduit en 1985 à partir de spécimens sardes. Vigoureux cousin sauvage du porc, le sanglier arbore une robe couverte de soies sombres. Seigneur du maquis et des forêts, cet omnivore vorace se nourrit de glands, de châtaignes, de racines, de fruits. La tortue d'Hermann, l'un des reptiles les plus rares de France, est relativement bien représentée dans le maquis.

La Corse, enfin, est le lieu de rendez-vous de quelques espèces rares d'oiseaux. Premier d'entre eux, le gypaète barbu est un charognard pouvant atteindre 3 m d'envergure. Quelques balbuzards pêcheurs sont présents dans la réserve de Scandola, qui en compterait une vingtaine de couples. L'un des rares oiseaux endémiques de l'île, la sittelle corse ne mesure guère plus de 12 cm de longueur. Très légère, elle peut s'accrocher aux ramures les plus frêles. Le goéland d'Audouin et le cormoran huppé fréquentent le littoral.

 

Sports 

Décrire en quelques lignes les possibilités d'activités sportives de l'île relève de la gageure. La Corse réjouira en premier lieu les amateurs de randonnée et de plongée sous-marine. Les premiers choisiront le GR 20, les sentiers Mare a Mare, les Mare e Monti ou les nombreuses balades de l'île. Les seconds goûteront aux joies des abysses au large de Porto, de Bonifacio ou du golfe du Valinco.

 

Les activité sportives que propose l'île ne s'arrêtent cependant pas là. Navigation de plaisance, VTT, équitation, escalade, kayak, canyonning sont également du nombre. Vous trouverez en été sur certaines plages des sociétés de location de planches à voile, dériveurs et catamarans de sport.

 

Cuisine 

La charcuterie corse est réputée comme l’une des meilleures au monde. Son originalité et son goût s’expliquent davantage par la qualité de la matière première que par les techniques d’élaboration. Les cochons coureurs sont issus d’une race locale et élevés en semi-liberté. L’été, ils sont souvent conduits dans la montagne pour éviter les fortes chaleurs. En automne, ils se nourrissent de glands et de châtaignes. Fiez-vous aux labels “Testa Nera” ou “Carte fermière d’identité”, qui garantissent la qualité des produits et leur origine corse. Les spécialités charcutières les plus répandues sont : le prisuttu, jambon qui doit avoir séché 18 mois pour être parfait ; la coppa, échine salée et séchée consommée au bout de 6 mois ; le

Lonzu , filet de porc conservé entier sous une couche de graisse ; le Figatellu , saucisse de foie très originale servie grillée ; le salamu et le salciccia , saucissons secs très savoureux ; et la salcicetta, saucisse à cuire.

Le brocciu, bruccio, ou encore broccio, entre dans la composition de nombreuses spécialités : soupe, omelette à la menthe, lasagnes, légumes farcis, beignets sucrés ou salés, desserts, etc. Ce fromage frais est élaboré à partir d’une savante recette traditionnelle à base de petit lait de brebis et/ou de chèvre, chauffé et additionné de 10 à 20% de lait cru entier.

 

La châtaigne est sans doute le produit alimentaire qui a le plus marqué l’identité corse. Le fruit était utilisé sous toutes les formes, pour faire de la farine, de la bouillie, des beignets et surtout du pain, ce qui permettait d’éviter la famine : "Tant que nous aurons des châtaignes, nous aurons du pain", disait Pascal Paoli. La châtaigne se mange aussi en purée, en confiture, elle se transforme en liqueur et sert à nourrir les bêtes. On avait enregistré un ralentissement dans l'exploitation de ce fruit, mais depuis la fin des années 1980, on assiste à un renouveau de la châtaigne, que l’on retrouve en dessert à la carte de nombreux restaurants de l’île.

On pourra également goûter aux poissons d’eau douce (anguille ou truite).

Comme dessert, essayez le délicieux fiadone, flan léger à base de brocciu, de citron et d’œufs, les beignets au brocciu ou encore les canistrelli , gâteaux secs aux amandes, aux noix, au citron ou à l’anis. Les confitures (de figues, d’oranges, de châtaignes) sont succulentes et le miel est lui aussi également fort réputé.

 

Outre les fêtes catholiques traditionnelles, l'Assomption est célébrée avec ferveur sur l'île. Le 15 août correspond en effet à la date d'anniversaire de Bonaparte. Voici quelques exemples des nombreux festivals :

  • Janvier : Rencontres du cinéma italien de Bastia
  • Mars : Salon de la bande dessinée de Bastia
  • Mai : Festimare (festival de la Mer) d'île Rousse
  • Juin : Calvi jazz festival – Rencontres d'art contemporain de Calvi
  • Juillet : Festivoce (festival de musique vocale) en Balagne – Nuits de la guitare de Patrimonio – Calvi on the Rocks
  • Août : Fêtes napoléoniennes d'Ajaccio – Festival de musique d'Erbalunga
  • Septembre : Rencontres de chants polyphoniques de Calvi
  • Octobre : Festival du vent de Calvi – Musicales de Bastia.
  • Novembre : Festival du Cinéma et des Arts en Méditérannée de Bastia.

 

La vie insulaire est rythmée par de nombreuses foires : foire de l'olive de Sainte-Lucie-de-Tallano (avril), foire des produits locaux de Piedicroce (avril), foire aux fromages de Venaco (mai), foire du vin de Luri (juillet) et enfin la plus ancienne : la foire à la châtaigne de Bocognano (mi-décembre).

 

Nouvel An (1er janvier), Pâques, Fête du travail (1Er mai), Victoire de 1945 (8 mai), Ascension, Pentecôte, Fête nationale (14 juillet), Assomption, Toussaint, Armistice de 1918 (11 novembre), Noël (25 décembre)

Office du Tourisme de Calvi

+33 (0)4 95 65 16 67

calvi-tourisme.com

 

Aéroport de Calvi

+33 (0)4 95 65 88 88

calvi.aeroport.fr

© 2013 Lonely Planet Publications. Tous droits réservés.

Programme des vols Lille Calvi

Compagnie Période Lu Ma Me Je Ve Sa Di Réserver
Logo HopDu 28/05/2017 au 17/09/2017Vol régulierRéserver

Vols vacances

Formules Voyage organisé

Vols réguliers

Billets d’avion et vols + hôtel


Lille > Ajaccio
Trouvé il y a 14 jour(s)
Volotea
Départ le 06/06/2017
Retour le 13/06/2017
Aller/Retour à partir de*
114€
Lille > Calvi
Trouvé il y a 13 jour(s)
Air France
Départ le 04/06/2017
Retour le 11/06/2017
Aller/Retour à partir de*
231€
Lille > Lyon
Trouvé il y a 21 jour(s)
Hop !
Départ le 31/05/2017
Retour le 07/06/2017
Aller/Retour à partir de*
95€
Lille > Bastia
Trouvé il y a 16 jour(s)
Volotea
Départ le 01/06/2017
Retour le 04/06/2017
Aller/Retour à partir de*
97€
Lille > Strasbourg
Trouvé il y a 14 jour(s)
Hop !
Départ le 29/05/2017
Retour le 01/06/2017
Aller/Retour à partir de*
142€
* Prix constaté sur internet, à partir de, sous réserve de disponibilités. Des frais supplémentaires peuvent s'appliquer, notamment selon votre mode de paiement. Ces offres sont celles constatées auprès des compagnies aériennes au départ de l’aéroport de Lille au cours des derniers jours

Afficher toutes les meilleures offres